OM/PSG: Naufrage collectif

Dans un Vélodrome chauffé à blanc, dans une ambiance de feu, l’OM s’est fait balayer par des Parisiens sereins (5-1). Tout l’inverse des olympiens qui ont semblé tétanisés par l’enjeu. L’équipe entière est passée à côté de son match. L’OM reste scotché à la 7ème place au terme de la 27ème journée de Ligue 1.

 

On joue la 91ème minute de jeu, l’OM est mené 5 buts à 1 sur sa pelouse, et pourtant les virages continuent de chanter. Les supporters olympiens ont commencé la fête dès 15h aux alentours du Vélodrome. Les fumigènes étaient de sortie, et les chants des milliers de passionnés raisonnaient près de l’enceinte du boulevard Michelet. Contrairement à d’autres défaites, peu de motifs d’espoirs sont à retenir de ce match. S’il en est un, c’est bien sûr ce public extraordinaire, qui est resté même après le coup de sifflet final pour chanter son amour pour l’OM. Dans la victoire comme dans la défaite. Le 12ème homme est sans aucun doute l’hOMme du match ce soir. En clôture de cette 27ème journée de Ligue 1, l’OM s’incline donc lourdement face au QSG. Cloué à la 7ème place, l’Europa League semble de plus en plus dur à aller chercher. De son côté, Paris revient à 3 points de monégasques vainqueurs à Guingamp (1-2).

Une défense à la rue

Ce soir, l’équipe n’a pas été à la hauteur de son public. On leur avait promis l’enfer, le Vélodrome était ce soir un véritable volcan en fusion. Cette ambiance devait effrayer les joueurs parisiens et donner des ailes aux olympiens, c’est l’inverse qui s’est produit. Le 5ème but Parisien en est le parfait exemple.

Deux minutes seulement après la réduction du score de Rod Fanni, Verratti se promène dans la surface Marseillaise, une-deux avec Draxler au milieu de Vainqueur, Sertic et Rolando qui trottinent, avant qu’il ne remette ce ballon en retrait pour Matuidi qui ne se prive pas pour inscrire le 5ème but de la rencontre. 20 minutes auparavant déjà, les défenseurs regardent Pastore décaler Kurzawa d’un coup du foulard (devant lequel Stéphane Guy s’extasie, car oui, Javier Pastore est un génie selon les experts de Canal +…), d’un centre à ras de terre le latéral gauche Parisien donne ce ballon à Lucas qui place un pointu entre des défenseurs marseillais statiques pour inscrire le 3ème but de la rencontre (50’).

L’OM qui assurait vouloir faire un résultat ce soir, qui prétendait vouloir croquer du parisien se sont-ils vu trop beau? A en croire la prestation des ouailles de Rudi Garcia, la réponse est oui. Des défenseurs à la rue, le capitaine Evra est le premier à quitter le navire. Remplacé à la mi-temps par Bedimo qui n’a plus joué depuis le mois de novembre, l’ex mancunien, qui lâche le marquage de Marquinhos sur le premier but, a pris l’eau durant 45 minutes face à Lucas. Le deuxième pion de Cavani est l’exemple de ce qu’il manque à l’OM. Jeu à une touche. Passe entre les lignes de Verratti, déviation de Pastore pour Cavani seul face à Pelé (16’). Le 4ème but est le même que le troisième, mais de l’autre côté. Meunier déborde Payet, centre à ras de terre, le ballon passe devant une défense stoïque, et Draxler passe devant tout le monde pour crucifier Pelé (60’).

Naufrage collectif

Offensivement la prestation n’est pas meilleure. Si l’on est un doux rêveur, un adepte de la psychologie positive, on pourra retenir la passe décisive de Maxime Lopez… mais ce n’est pas le cas. Il faut être lucide, l’OM s’est fait bouffer. Sans inspiration, sans véritable hargne, sans véritable grinta tant réclamée par les supporters ce soir, l’équipe est passée à côté de son match. Le naufrage est collectif. Seuls quelques éclairs individuels ont permis à l’OM d’exister comme ces deux frappes de Payet (15’,75’). William Vainqueur, le parisien originaire de Neuilly-sur-Marne est peut-être le seul olympien qui a surnagé. En première mi-temps, il est le seul olympien qui sort du lot. Malgré une faute inexistante sur Adrien Rabiot qui amène le premier but, le milieu de terrain prêté par l’AS Roma s’est illustré en récupérant quelques ballons. Dans les pieds de Marco Verratti notamment, véritable maitre à jouer qui mérite plus que quiconque une place dans une équipe qui convoite (réellement) la Ligue des Champions.

A 3 jours d’un 8ème de finale de Coupe de France capital face à l’AS Monaco,l’OM subit sa plus écrasante défaite dans l’histoire du classico. Il faudra donc attendre l’année prochaine pour espérer renouer avec la victoire face au PSG. En attendant, une fois de plus, l’OM doit réagir. Jacques Henri Eyraud et Frank Mc Court ont encore du travail pour bousculer l’ordre établi.

par Clémens ILLOS

OM-PSG : Le choc de l’année

Ce soir à 21h, l’Olympique de Marseille reçoit le Paris Saint Germain pour le « Classique ». Dans un stade à guichet fermé, l’intensité sera au rendez vous. Présentation de ce choc.

David contre Goliath

Invaincus depuis 14 rencontres toutes compétitions confondus, le Paris Saint Germain se rend au stade Vélodrome dans la peau du favori incontesté. Avec 6 points de retard sur le leader du Championnat, l’As Monaco, les Parisiens savent qu’ils n’ont plus le droit à l’erreur si ils ne veulent pas définitivement voir les rouges et blancs s’envoler vers un titre de champion de France. Deuxième meilleure attaque (50buts marqués), meilleur défense (seulement 18 buts encaissés), Cavani and co rencontrent ce soir une équipe contre qui ils n’ont plus faillir depuis 6 ans. Une semaine et demi après leur démonstration de force face au FC Barcelone (4-0), Paris ne compte pas laisser une miette de ce Classique.

En face, les Olympiens reçoivent le 3ème du Championnat après un net succès à domicile contre Rennes. Si N’jie a su répondre présent en ouvrant le score, l’OM va regretter l’absence de son meilleur buteur Bafetimbi Gomis (16buts), blessé. Après la victoire de Bordeaux hier soir et la défaite de Saint Etienne cet après midi, Marseille ne peut pas se permettre de laisser s’enfuir des concurrents directs aux places qualificatives pour la Coupe d’Europe. Gregory Sertic, qui a convaincu la semaine dernière avec une prestation aboutie devrait être reconduit en défense centrale aux côtés de Rolando. Patrice Evra sera lui aussi titulaire, comme Dimitri Payet.

Le facteur X 

Si l’OM peut espérer déplacer des montagnes ce soir, ce sera sans nul doute à l’aide de son public. Plus de 65.000 places ont trouvé preneur et l’on annonce même que le record d’affluence pourrait être battu. Un Vélodrome survolté donnera le supplément d’âme nécessaire aux Olympiens pour espérer créer l’exploit.

L’autre bonne nouvelle provient du dernier résultat des Parisiens. Dimanche soir dernier, les hommes d’Emery ont été tenu en échec par le Toulouse FC. Bien regroupé, solides défensivement, les Haut Garonnais avaient sût faire déjouer les Parisiens et les museler. Nul doute que Rudi Garcia a trouvé les mots pour toucher l’orgueil de ses joueurs et offrir un spectacle à la hauteur de l’événement.

L'adversaire à surveiller: Marco Veratti, l'insaisissable.

Un record, celui du nombre de ballons touchés lors d’une rencontre de ligue 1. Avec 162 ballons touchés contre Saint-Etienne en 2015, Marco Verrati battait déjà son propre record de 158 ballons touchés lors d’une rencontre. Lorsque qu’il est aligné (18 matchs dont 15 titularisations en ligue 1), le petit milieu italien est le moteur de l’équipe Parisienne. À la récupération, il permet à l’équipe de se projeter et offre des passes millimétrées. Au four et au moulin, s’offrant même 2 buts et 3 passes décisives cette saison en accompagnant les actions jusqu’à leur terme. Lorsqu’il a le ballon dans les pieds, impossible de lui subtiliser. Le natif de Pescara est le quatrième joueur qui subit le plus de fautes parmi tous les joueurs de ligue 1 avec 52 fautes subies pour 24 commises. 🔵

Par Léo KHOZIAN

Edinson Cavani : un attaquant libéré à surveiller

«Classico Day» à Marseille ! L’OM reçoit ce soir le PSG dans le cadre du match de clôture de la 27ème journée de Ligue 1. Les parisiens se déplacent ici avec un atout offensif de poids : Edinson Cavani. Focus sur cet attaquant «zlatanesque» dont il faut se méfier.

Zlatan Ibrahimovic s’en est allé pour Manchester United lors du dernier mercato estival après 4 saisons de bons et loyaux services à Paris… Le temps pour lui d’inscrire 156 buts sous le maillot parisien dont 11 face à l’OM. Le Suédois a véritablement survolé les «Classicos», laissant Cavani dans l’ombre : « El Matador » n’a inscrit que 2 buts face à l’OM depuis son arrivée dans le club de la capitale en juillet 2013. Sa dernière réalisation en championnat face à Marseille remonte au 9 novembre 2014.

Des statistiques «zlatanesques» 

Mais cette saison, l’uruguayen est un attaquant libéré. Il se montre bien plus adroit devant le but depuis son repositionnement à la pointe de l’attaque par Unai Emery. Il détient d’ailleurs des statistiques «zlatanesques» et fait oublier le géant suédois aux fans parisiens. Ainsi, il est aujourd’hui le meilleur buteur européen avec 34 buts inscrits en 33 matchs (25 en Ligue 1 et 7 en Ligue des Champions).

El Matador n'a jamais marqué au Vélodrome. 

Cependant, il n’a jamais marqué au Vélodrome et n’a que très peu brillé face à l’OM mais il est en confiance malgré un faux pas de son équipe la semaine dernière en championnat face au Toulouse FC (0-0) à domicile : il a apporté sa pierre à l’édifice du festival offensif en 8e de finale aller de la Ligue des Champions face au FC Barcelone le 14 février dernier. C’est lui qui a inscrit le 4ème et dernier but de la partie. De leur côté, les défenseurs phocéens sont bel et bien déterminés à lui tenir tête. Grégory Sertic a d’ailleurs déclaré ce mercredi lors d’un Facebook Live avec les fans Marseillais : « je n’ai pas peur de Cavani. C’est l’un des grands attaquants de France et du Monde. Mais je ne suis pas seul en défense, il y a de très bons joueurs à mes côtés». Le meilleur buteur européen est prévenu : ce soir, il ne sera pas confronté à la défense barcelonaise. 🔵

Par Nicolas BONTRON

Morgan Sanson : Intégration réussie

Morgan Sanson s’est parfaitement acclimaté au projet de jeu marseillais. Pour couronner le tout, la première recrue de l’ère McCourt devrait être titulaire ce soir lors du Classico face au PSG, sauf si son alerte musculaire ressentie à la cuisse en début de semaine lui en empêche. Analyse.

La pression marseillaise est vraiment bonne ! Tout me va bien. C’est un vrai bonheur.“ Tel est le bilan dressé par Morgan Sanson de ses premières semaines au sein de l’Olympique de Marseille dans France Football cette semaine. Le milieu de terrain a été recruté par le club phocéen, le 17 janvier dernier, en provenance de Montpellier contre une somme avoisinant les douze millions d’euros. L’objectif de Morgan Sanson à son arrivée à l’OM était clair : Apporter de la qualité à un entrejeu marseillais jugé trop faible. Un peu plus d’un mois après le transfert, force est de constater que le français de 22 ans n’a pas failli à sa mission. Il a même réalisé de très bons débuts avec le maillot bleu et blanc. “Quand il y a un groupe comme celui là pour accueillir un joueur, c’est top“, déclarait le footballeur Olympien au micro de Canal + après la victoire face à Rennes la semaine dernière (2-0). Sanson parait enchanté de ses premiers pas avec Marseille, sur et en dehors du terrain. N’ayons pas peur de le dire : Intégration réussie !

Un apport considérable dans le jeu

Morgan Sanson semble avoir conquis le coeur des fadas de l’OM. Peut-être qu’il fera plus que le conquérir en inscrivant un but face au rival parisien ce soir ? Quoiqu’il en soit, sa performance contre Rennes au Stade Vélodrome en a impressionné plus d’un. Le joueur formé à Montpellier a tout simplement était éblouissant dans le jeu de son équipe lors du succès phocéen face aux bretons. Sanson a été passeur décisif dans ce match. Et quelle passe ! Rappelez-vous la sublime talonnade qu’il réussit et qui profite à Thauvin, ce dernier doublant la mise d’une belle frappe du pied gauche. Le natif de Saint-Doulchard (Cher) ne s’est pas arrêté de courir contre l’équipe de Christian Gourcuff. Il a montré ses points forts aux fans marseillais: Dribbles, tacles, qualités physiques. Un véritable milieu “Box to Box“. Bref, le milieu de terrain s’est lâché comme le lui demande Rudi Garcia, son entraîneur. Et la recrue provençale n’a pas seulement été décisive dans cette rencontre là. Sanson a délivré une passe décisive pour Gomis, d’un beau centre, lors du match opposant l’OM à Guingamp le 8 février. Même action 4 jours plus tard lors de Nantes-Marseille à La Beaujoire. Centre de Sanson pour Bafé’ et but. Le joueur de 22 ans aime centrer et il le fait très bien. La bande de Rudi Garcia en profitera t-elle ce soir face au PSG ? Espérons le.

Un titulaire en puissance

Auteur d’une mauvaise prestation face aux nantais malgré sa passe décisive (3-2), Sanson doit, comme ses coéquipiers, améliorer ses performances à l’extérieur. Mais globalement, il s’est très bien fondu dans le collectif Olympien. Il faut dire qu’il a beaucoup joué, ce qui est un avantage indéniable quand une recrue débarque dans un club. Il a participé à 7 rencontres depuis son arrivée dont 5 comme titulaires. Ce soir, il sera très certainement titulaire pour le Classico face au PSG. Beau début. De plus, certains supporters de l’OM pensaient, lors du recrutement de Sanson, que Anguissa allait rester titulaire et qu’il allait reléguer la première recrue de l’ère McCourt sur le banc. Or, c’est l’inverse qui s’est produit. Celui qui a été victime d’une rupture des ligaments croisés du genou droit en avril 2015 est très complémentaire avec Maxime Lopez et William Vainqueur, les deux titulaires habituels dans l’entrejeu, ce qui est un gros atout. Et la polyvalence de Morgan Sanson l’a propulsé comme un titulaire en puissance. Il n’est pas encore considéré comme un titulaire indiscutable mais s’il continue à répéter ses bonnes prestations, il le deviendra.🔵

Par Rémi GHIANDAI

Eyraud s’exprime sur le probable recrutement d’une star

L’OM recrutera t-il une star du ballon rond cet été ? Invité de RTL ce jeudi, Jacques-Henri Eyraud , le président du club marseillais, s’est exprimé sur ce dossier chaud.

Ce n’est un secret pour personne. L’OM veut frapper très fort en terme de recrutement cet été. Après avoir recruté Dimitri Payet cet hiver, l’OM se verrait bien, selon certaines indiscrétions, enrôler une autre star internationale lors du mercato estival. L’objectif ? Poser les bases de l’“OM Champions Project“. Invité sur les ondes de RTL ce jeudi, Jacques-Henri Eyraud, le président marseillais, s’est exprimé sur l’éventualité d’acheter un joueur de gros calibre cet été. À vous de juger.

“Si on rêve d’une star l’été prochain? Moi, je ne rêve pas, assure l’homme d’affaire de 48 ans. À Marseille, on a les crampons solidement ancrés, mais on va quand même essayer de renforcer cette équipe. Rendez-vous l’été prochain. On s’est interrogés sur la solidité de notre projet, on a investi sur des joueurs de qualité internationale comme Payet, ainsi que sur des joueurs moins connus comme Morgan Sanson. On va continuer sur cet équilibre qui semble être le bon. Un attaquant? Je préfère que Rudi Garcia s’exprime là-dessus, on verra“

Mais si le club provençal veut recruter un joueur d’envergure internationale, Frank McCourt, le propriétaire, devra mettre la main à la poche.

McCourt prêt à investir? Il ne l’a pas déjà démontré cet hiver?, confie Eyraud. Je ne crois pas qu’il soit à sec, mais il ouvrira le porte-monnaie de façon réfléchie et disciplinée

L’américain de 63 ans ne fera donc pas n’importe quoi avec son argent. Si l’OM se montrera, sans doute, très actif sur le marché des transferts, il ne dépensera pas des sommes astronomiques pour chaque joueur acheté. 🔵

Par Rémi GHIANDAI

L’OM retrouve la victoire dans son jardin face à Rennes

L’OM l’a emporté 2-0 face à Rennes cet après-midi. Ce succès permet aux phocéens de revenir à 1 point de Lyon et va sans doute faire du bien au moral du groupe à une semaine du Classico.

Les joueurs de Rudi Garcia se sont imposés cet après-midi sur le score de 2 buts à 0 face au Stade Rennais devant un Stade Vélodrome bien garni (plus de 40000 spectateurs étaient présents) . Tout de suite, les Phocéens sont bien rentrés dans leur match : à la 2ème minute de jeu, Clinton Njie a déjà l’opportunité d’ouvrir le score lors d’un face à face avec le portier rennais Benoit Costil. Le champion d’Afrique tente un lob face au gardien adverse mais la balle passe à quelques centimètres du cadre. En première période, les Marseillais jouent haut et ont le monopole du ballon mais peinent à trouver le chemin des filets. A la 9ème minute de jeu, Payet tente une frappe dont la trajectoire est parfaitement maîtrisée mais le ballon vient heurter la barre. 11 minutes plus tard, l’ancien pensionnaire de West-Ham tente une nouvelle frappe mais celle-ci est repoussée malgré son bon dosage. A la demi-heure de jeu, les Marseillais sont plus timides et les joueurs de Christian Gourcuff mettent plus de rythme et d’engagement. On se dit que les changements tactiques du coach breton (2 entrées en jeu en milieu de première période à la suite de 2 blessures) vont peut-être surprendre les joueurs locaux mais Marseillais et Rennais ne parviennent pas à se départager et rentrent au vestiaire sur un score nul et vierge.
L'OM récompensé en seconde période
La différence se fait au retour de la pause où les olympiens dominent. C’est à l’heure de jeu qu’ils vont d’ailleurs ouvrir le score. Payet adresse un centre à l’entrée de la surface à Lopez qui tente de décaler pour Thauvin. Le ballon est contré par un défenseur rennais et atterri dans les pieds de Clinton Njie. Le camerounais frappe à ras du poteau et ouvre la marque. Reboostés par ce but, les Marseillais ne mettent que 5 minutes avant de faire le break. Après une course d’une dizaine de mètres, Sanson talonne pour Thauvin qui n’a plus qu’à se mettre dans une position idéale pour frapper : son tir trompe Costil qui ne parvient pas à lire la bonne trajectoire du ballon. Sio, l’attaquant rennais a l’occasion de réduire le score à la 70ème minute mais sa reprise de volée n’est pas cadrée. Pelé est peu inquiété et ne devra que capter une frappe lointaine d’un des milieux rennais. Le score ne bougera plus et grâce à ce succès les Marseillais, 6 ème à égalité de points avec l’ASSE, reviennent à un point de Lyon, 4ème.
Sertic très convaincant
Outre la victoire, la satisfaction du soir se nomme Grégory Sertic. A l’exception d’une erreur sans gravité à la 22ème minute qui aurait pu couter cher à l’OM (le défenseur franco-croate adresse une passe à Pelé qui est surpris par l’attaquant rennais Mubelé), l’ex-bordelais a réalisé un match de qualité. Solide, combatif et parfois même salvateur, le défenseur central de 27 ans qui remplaçait ce soir Rod Fanni (suspendu) a été très convaincant aux côtés du «colosse » Rolando. A une semaine du choc face à Paris, Sertic a sans doute marqué de précieux points ce soir auprès de Rudi Garcia … Suffisamment pour qu’il devienne titulaire indiscutable dans la charnière centrale de l’OM ?
par Nicolas BONTRON

OM/Rennes : La victoire ou rien !

L’Olympique de Marseille reçoit Rennes en fin d’après-midi pour le compte de la 26ème journée de Ligue 1. La victoire est obligatoire pour les phocéens. Mais rien ne sera facile car Marseille n’est pas dans sa meilleure forme et des cadres de l’effectif sont absents.

 

L’OM est dans l’obligation de gagner en fin d’après-midi au vélodrome contre Rennes pour le compte de la 26ème journée de Ligue 1. Mais la tâche ne sera pas facile à réaliser.

Des cadres absents

Et pour cause, la bande de Rudi Garcia présente un effectif amoindri. Bafétimbi Gomis, le buteur marseillais, est absent. Il est victime d’une entorse du ligament interne du genou droit. Pour rappel, l’attaquant de 31 ans a inscrit la moitié des buts du club phocéen en Ligue 1 (16/33). C’est donc un sacré coup dur pour le coach marseillais. Clinton Njie semble le favori pour le remplacer au sein de l’attaque. Le Camerounais revient de la CAN et s’il veut avoir une place dans le onze, il devra “se bouger“ comme l’a confié le technicien Olympien vendredi dernier en conférence de presse. Rudi Garcia pourrait aussi opter pour l’option Rémy Cabella afin de compenser l’absence de Gomis. Le français avait tenu ce rôle à merveille en inscrivant un doublé contre Toulouse en Coupe de France début janvier. Si l’attaque est un casse-tête pour l’OM, la défense ne déroge pas à la règle. Hiroki Sakaï, le latéral droit provençal, est suspendu aujourd’hui. Zambo Anguissa devrait remplacer le japonais. Le natif de Yaoundé avait déjà occupé ce poste contre Rennes (coïncidence) le 21 septembre dernier. Mais les courses offensives du japonais risquent de manquer à Marseille en fin d’après-midi. Rod Fanni, l’actuel titulaire en charnière centrale aux cotés de Rolando, est également suspendu contre l’effectif de Christian Gourcuff. Grégory Sertic, la recrue de l’OM, devrait logiquement prendre sa place. Une charnière Sertic-Rolando inédite. Bonne ou mauvaise nouvelle pour l’OM ?

La mauvaise forme de l’OM

Outre les joueurs manquants pour affronter les bretons, c’est la forme de l’Olympique de Marseille qui inquiète. Rappelez-vous la piètre prestation des joueurs marseillais contre Nantes à La Beaujoire la semaine dernière (défaite 3-2). Depuis la reprise début janvier, l’équipe pensionnaire de l’Orange Vélodrome compte quatre défaites pour seulement deux victoires. Pire encore, si le championnat avait commencé après la trêve, l’OM serait à une triste 16ème place. Ce n’est évidemment pas la forme d’un candidat à l’Europe. L’OM doit gagner pour rester accroché à Saint-Etienne, qui présente 3 points de plus sur Marseille. Et Rennes pointe à la 10ème place du classement avec 33 points, l’effectif de Rudi Garcia en compte 36. Il faut donc s’éloigner de ce concurrent direct et ne surtout pas perdre sur la pelouse du vélodrome. Car derrière le club phocéen, il y a du monde : Bordeaux, Guingamp, Toulouse. Mais rassurez-vous, l’OM est très en forme à domicile. Sur les six derniers matchs au Vel’, l’OM présente un excellent bilan : Cinq victoires pour une seul défaite (contre Monaco en janvier, 1-4).

Rennes : L’équipe des matchs nuls

L’équipe Rennaise est en forme aussi… pour obtenir des matchs nuls. Tenez vous bien, Christian Gourcuff et ses troupes restent sur cinq matchs nuls d’affilés. L’OM ne se contentera pas d’un tel résultat. Le stade rennais a obtenu un bon match nul dimanche dernier lors du match contre l’OGC Nice. Rudi Garcia doit tout de même s’en méfier. Et l’effectif breton n’a plus gagné depuis le 4 décembre ! C’était contre Saint-Etienne (2-0). De plus, la dernière victoire rennaise à l’extérieur remonte au 22 octobre contre Nantes (1-2). Ce n’est donc pas une équipe au top de sa forme qui jouera contre Marseille cet après-midi. Un bon signe ou pas ?

Un adversaire à surveiller : Morgan Amalfitano

Morgan Amalfitano. Son nom vous dit quelque chose ? C’est normal. Le milieu de terrain a évolué 2 ans au sein du club provençal (2011-2013). Son passage a été très mitigé puisqu’il n’a inscrit que deux buts en Ligue 1 sur l’ensemble de ses deux années marseillaises. Il est arrivé cet hiver libre à Rennes après avoir résilié son contrat avec le LOSC. On dit souvent que les clubs doivent se méfier de leurs anciens joueurs qui évoluent chez l’équipe adverse. D’autant plus que le footballeur de 31 ans a marqué un très beau but avec son équipe contre Nice la semaine dernière. À surveiller donc. 🔵

Par Rémi GHIANDAI

Quelle solution en l’absence de Bafétimbi Gomis?

Quelle solution en l’absence de Bafetimbi Gomis? Absent pour une durée de 4 à 6 semaines à cause d’une entorse au genou, Bafetimbi Gomis ne possède pas de doublure au poste de numéro 9. Manquant la réception contre Rennes ce samedi, l’international Français sera aussi absent pour la venue du PSG au Vélodrome Dimanche prochain. Qui va endosser le rôle crucial du renard des surfaces, alors que le meilleur buteur du club (16buts) cette saison suivra la rencontre de son canapé. Analyse.

Bouna Sarr, le choix du coach

C’est lui qui a été aligné en pointe lorsque Gomis avait été mis au repos. Face à Toulouse, puis Metz le mois dernier, l’attaquant Guinéen à occupé le front de l’attaque Olympienne, malheureusement sans succès puisqu’il n’a pas trouvé le chemin des filets. Pis, sur les 20 rencontres de Championnat auquel l’ex Messin a pris part, il n’a pas inscrit le moindre but. Contre Toulouse, Rudi Garcia avait néanmoins eu du succès sur le plan offensif en faisant se relayer les trois joueurs offensifs en pointe et s’était Rémy Cabella, qui en échangeant de place avec Sarr, avait marqué par deux fois lors de la rencontre. Des buts inscrits dans la surface, dont un à bout portant en coupant un centre d’Allessandrini, tel un vrai buteur. C’est cette option que pourrait privilégier le coach Olympien aujourd’hui.

N'jie, le Champion est de retour.

Auréolé d’un titre de Champion d’Afrique en Janvier avec la sélection du Cameroun, Clinton N’jie fait son retour dans le groupe de Rudi Garcia. Possédant dès qualités physiques hors norme, notamment une accélération spectaculaire, le jeune attaquant a déjà marqué à 3 reprises en Championnat cette saison. L’ex Lyonnais cherche souvent à être servis en profondeur pour prendre le dessus sur ses adversaires à la course. Une tactique qui avait été payante lors de la réception de Nantes au début de la saison, lorsqu’il avait été servi à la limite du hors jeu, s’était échappé du marquage à grandes enjambées et avait ouvert le score. N’ayant été titularisé que lors des deux premières rencontres de la CAN, et n’étant revenu que cette semaine, Clinton N’jie risque d’être à court de forme et Garcia pourrait l’utiliser comme un Joker.

Doria, pour calquer le modèle Angevin

Stéphane Moulin, entraineur d’Angers, connaît mieux que quiconque les week-ends de matchs sans attaquants. Lors de la CAN, le coach s’est vu privé de Famara Dhiediou, son buteur vedette, mais aussi de tous les joueurs capable d’évoluer au poste de buteur, soit blessé soit sélectionnés pour défendre leur pays lors de la compétition continentale. À court de joueur mais pas à court s’imagination, l’entraîneur Angevin aligne Mateo Pavlović, défenseur central croate de 26ans, au poste d’attaquant de pointe. Un choix excentrique mais payant puisque lors de son premier match contre Saint-Etienne, le colosse d’1m95 ouvre le score dès la 17ème minute. Rudi Garcia pourrait lui aussi s’inspirer de son homologue pour promouvoir Matheus Doria sur le front de l’attaque Olympienne. Athlétique et plein de bonne volonté, le numéro 3 Olympien, utilise comme défenseur central et ayant déjà dépanné au poste de latéral gauche pourrait peser sur les défenses adverses et aller au duel sur les centres offensifs. De plus, son habileté devant le but n’est plus à démontrer puisqu’il a marqué à deux reprises cette saison contre l’Olympique Lyonnais, en Championnat, puis au bout des prolongations lors des 16ème de finale de la Coupe de France, où il a crucifié le gardien adverse à bout portant comme un vrai buteur, puis a gratifié le stade d’une célébration mémorable et salée. 🔵

Par Léo Khozian

Officiel : Maxime Lopez prolonge avec l’OM

Le jeune milieu de terrain prolonge avec l’OM jusqu’en 2021.

C’est en fin d’après-midi que les supporters marseillais ont appris cette bonne nouvelle. L’Olympique de Marseille a annoncé la prolongation de Maxime Lopez jusqu’en 2021. Cela faisait plusieurs semaines que les négociations semblaient bloquées sur le plan salarial avec le natif de Marseille formé au club.

“Un symbole fort pour nous tous“

“La prolongation de Maxime Lopez est un symbole fort pour nous tous“ , précise Jacques-Henri Eyraud, le président Olympien, sur le site officiel du club. Il est clair que cette prolongation marque d’une pierre blanche la stratégie des nouveaux dirigeants phocéens de l’“OM Champions Project“. La formation provençale est mise en avant. Pour rappel, Jacques-Henri Eyraud avait déclaré sur les ondes de RMC Sports début février que les transferts de joueurs formés à l’OM devait être une des principales sources de revenus d’ici quelques années. C’est bien parti. 🔵

OM_Officiel
🔝L’Olympique de Marseille et @lopezmaxime1 prolongent jusqu’en 2021 👉🏽 bit.ly/2lSLdY1 pic.twitter.com/H3F9bD0QxV
16/02/2017 17:35

Par Rémi GHIANDAI

Fin du feuilleton, Lassana Diarra quitte l’OM

C’est la fin d’un très long feuilleton. Lassana Diarra n’est plus un joueur de l’Olympique de Marseille. Le club phocéen a annoncé ce soir le départ du milieu de terrain. L’OM et l’international français ont résilié “d’un commun accord leur contrat“ aujourd’hui. Ce dossier se termine donc très mal. Pourtant, l’histoire d’amour entre Marseille et Diarra avait si bien commencée l’année dernière. Mais les problèmes judiciaires du joueur de 31 ans ont précipité son départ. Pour rappel, il doit régler une amende de 10 millions d’euros au Lokomotiv Moscou. Les supporters marseillais avait ,de toute façon, tourné la page Diarra depuis très longtemps. Bon vent. 🔵

Par Rémi GHIANDAI